Théo van Rysselberghe (1862-1926)

Théo van Rysselberghe, né à Gand le 23 nov 1862 et mort à Saint-Clair au Lavandou le 13 déc 1926, est un peintre belge proche du mouvement libertaire, connu comme l'un des principaux représentants du divisionnisme en Belgique et du deuxième courant, pointilliste, de l'école de Laethem Saint Martin

Après ses études à l'Académie des Beaux-Arts de Gand et à l'Académie de Bruxelles, Théo van Rysselberghe découvre vers 1886-1887 l'œuvre de Georges Seurat en compagnie d'ÉmileThéo van Rysselberghe. LavandouVerhaeren. Ami d'Octave Maus, il est un des membres fondateurs en 1883 du groupe bruxellois d'avant-garde Les Vingt. À la fin du XIXe siècle, le pointillisme de ses peintures fait place à une composition à larges touches allongées. Comme Georges Seurat et Paul Signac, il réalisa de nombreux paysages marins. Il peint de nombreux portraits qu'il consacre essentiellement à ses proches, dont celui d’Alice Sèthe. Ce dernier met en valeur le décor, peint avec précision, ce qui contraste avec la volonté synthétique des pointillistes français. Ses personnages n'ont pas l'« hiératisme » de ceux de Seurat Outre le postimpressionnisme, le peintre sera également influencé par le japonisme, admirateur, en particulier d'Hiroshige. Ses paysages maritimes se simplifient, contrastant avec le luxe de détails de ses portraits A partir de 1910 Il peint un certain nombre de groupes de nus féminins dont il fait son thème de prédilection: L'heure embrasée (1897), baigneuse autour d'un rocher (1910), Théo van Rysselberghe. LavandouBaigneuses à Cavalière (1910). Il peint également quelques nus isolés (Nageuse au repos : 1922, L'Ablution ou Vénus accroupie : 1922). L'érotisme ne semble cependant peu présent, du moins pour l'écrivain André Gide qui parle à ce propos de « nus hygiéniques ». Cette période voit la transition entre l'influence postimpressionnisme et une tendance vers le classicisme. Théo van Rysselberghe a également illustré le recueil de textes d'Émile Verhaeren, l'Almanach en 1895, dessinant lettrines, arabesques et illustrations. il décore ainsi certains catalogues d'exposition du groupe des XX À la fin des années 1890, il s'établit définitivement au Lavandou et retourne vers une certaine forme de classicisme. Sa villa-atelier est un élément important de l’identité architecturale et culturelle du Lavandou. Au-delà de la commune, elle s’inscrit dans un contexte plus vaste lié à l’installation depuis la fin du XIXe siècle en Provence, et en particulier au Lavandou, de nombreux artistes et intellectuels. Théo van Rysselberghe. LavandouCes derniers ont contribué au développement d’une nouvelle identité culturelle de la région et à son rayonnement. À travers l’architecture d’une part, qu’il s’agisse de lieux de villégiature, de lieux témoins du passage de ces artistes, ou de lieux culturels, mais également par le biais des nombreuses œuvres picturales qui ont immortalisé et idéalisé ses paysages. Du fait de ses qualités propres et du contexte historique dans lequel elle s’inscrit, la villa Van Rysselberghe présente une réelle valeur patrimoniale, reconnue en 2000 par le label “Patrimoine du XXe siècle” par le Ministère de la Culture.
.restauration villa Théo Van Rysselberghe


Bailli de SuffrenAgnes Malecki

Camp du Domaine


Carte littoral varois Hyères les Palmiers La Londe les Maures Bormes les Mimosas Le Lavandou Le Rayol Canadel Cavalaire sur Mer La Croix Valmer Saint Tropez

Social


Plan site
| Annuaire | Publicité | Partenaires | Emploi | Contact | Légal | Provenceweb